"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Le FFS appelle à instaurer une véritable réconciliation nationale

Écrit par APS SBA

FFS logoSIDI BEL-ABBES - Le coordinateur de l’instance présidentielle du Front des forces socialistes (FFS), Ali Laskri, a appelé, samedi à Sidi Bel-Abbés, à contribuer à "la sauvegarde de l’Algérie" et à une "véritable réconciliation nationale" pour concrétiser l’idée immuable de Hocine Ait Ahmed, celle de fonder un Etat de droit démocratique et social.

 

Présidant un meeting du FFS au centre culturel "Benghazi Cheikh", en présence des cadres du parti et de sympathisants, Ali Laskri a souligné que "cette idée a été relancée sur proposition du FFS en vue de refonder un consensus national et populaire qui permet à notre pays de sortir de la crise multidimensionnelle qui menace sa cohésion sociale et son unité".

"Nous, dans l’opposition, nous nous attachons à un consensus national pour construire un Etat libre qui se caractérise par l'autonomie de la justice, des principes politiques et un régime républicain démocratique", a-t-il déclaré, soulignant "qu'une nation indépendante et démocratique accorde tous les droits aux jeunes, aux travailleurs, aux couches vulnérables et aux intellectuels".


Lire aussi : Le FFS décide de ne pas participer à l'élection présidentielle du 18 avril 2019 


Le coordinateur de l’instance présidentielle du FFS a mis l'accent également sur l’impérative édification d'un "système économique stable, ouvert sur l’Afrique et le Maghreb arabe, comme préconisé par Ait Ahmed, afin de créer un marché commun qui nous sera bénéfique", avant d'insister sur "la préservation de nos richesses au service du peuple et du pays".

"Nous devons avoir une force économique et humaine pour opérer un changement économique, préserver nos richesses et s’éloigner de la dépendance de l’étranger en adoptant un système économique au service du peuple et de l’Etat", a poursuivi M. Laskri Pour ce qui est de l'élection présidentielle du 18 avril prochain, Ali Laskri a réitéré la position de son parti appelant "au boycott" partant d'une estimation que "les résultats sont connus d'avance".