"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Bechar : prolifération du commerce informel au chef lieu de wilaya

Le marché "Bouhlal" de BécharBECHAR - Les marchés et les artères commerçantes de la ville de Bechar font face à une prolifération du commerce informel, défiant les décisions et mesures prises par les pouvoirs publics locaux pour son éradication.

 

En cette période estivale, les cinq (5) grands marchés de fruits et légumes de la commune sont littéralement envahis, par les différents types d’activités commerciales informelles, gênant largement la circulation piétonne et automobiliste, à cause de l’occupation illégale d’artères et de ruelles, comme c’est le cas du marché de fruits et légumes ‘’Bouhlal’’ au centre-ville de Bechar, a-t-on, constaté.

"Nous ne pouvons pas intervenir pour mettre fin à cette situation dont la prise en charge est du ressort du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire", a indiqué à l’APS le responsable par intérim de la direction de wilaya du Commerce, Moul Maktouba Grioui.

Mais le plus dangereux parmi ce type de commerce est celui des produits alimentaires, dont les produits laitiers et les fruits et légumes, d’où l’interrogation de la partie qui contrôle la qualité de ces produits sensibles en cette période de grandes chaleurs sévissant dans la région, signale, pour sa part, Ahmed Yahi, un citoyen rencontré par l’APS à proximité du marché "Bouhlal".

Laisser ce type d’activités commerciales informelles prendre de l’ampleur est une atteinte à la sante du citoyen, à l’hygiène publique et à l’économie nationale, souligne une autre citoyenne rencontrée au même marché.

"Nous souhaitons en tant que citoyens et consommateurs, que la wilaya mette fin à la situation désolante de ce marché de fruits et légumes, marquée par un manque criard d’hygiène et de respect des normes de commercialisation de produits maraichers de large consommation", a-t-elle ajouté.

Le commerce informel touche divers produits allant des fruits et légumes à la téléphonie mobile en passant par les tissus et les vêtements ainsi que des produits d’artisanat traditionnel, et le nombre de personnes qui l’exercent n'est pas connu, faute de statistiques officielles locales.

L’intervention des autorités locales est une nécessité pour mettre fin à une situation qui a trop duré au détriment de l’économie nationale et des activités du commerce légal, estiment plusieurs commerçants exerçant légalement à proximité de ces marchés communaux.