"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Les souscripteurs des 78 logts LSP menacent d'un suicide collectif du haut d'un bâtiment en construction

LSP Suicidaires 01C’est dans une atmosphère de grande détresse que des dizaines de souscripteurs du projet des  78 logements participatifs "accusant un retard de réalisation considérable" ont tenu à exprimer leur ras le bol en occupant le toit d'un bâtiment en construction avec l’intention, pour certains, de se balancer dans le vide. Les protestataires pointent un doigt accusateur vers le promoteur privé, incarcéré depuis deux années, dont l'entreprise  n'aurait pas tenu ses promesses et livrer le projet selon l'échéancier prévu. 

Par K.Benkhelouf 

 

Les souscripteurs, se disent  etre lésés et en avoir marre de patienter à des promesses qui ne sont pas,concrétisées, alors que des familles  souffrent actuellement de ce besoin impératif  de logement. Ils rappellent  la visite  du wali  sur les lieux  le 26 novembre 2018  ou il a donné des promesses,  que dans le délais d’un mois, une solution à ce problème, sera donnée. Cependant rien n’a encore été fait selon eux, depuis lors. Ils expriment leur incompréhension, devant le fait qu’en  2017,  le promoteur tout en étant en prison, il recevait son aigrement. Alors que la justice se prononçait pour le  retrait de son  aigrement.

« Nous sommes  déçus de voir que les autorités,  ne font rien pour nous, surtout  en découvrant que tout en étant en prison le promoteur recevait en 2017 son  aigrement.  Comment donner un aigrement  à quelqu’un qui est en  prison ?En plus  l’on nous fait signer un  engagement pour ne pas occuper les logements, alors qu’ils existent d’autres citoyens qui ont occupé sans être inquiétés. De par ce fait nous demeurons  en cet endroit et attendons que Mr le wali vienne, pour  nous entendre, qu’il enlève l’agrement à cet entrepreneur et qu’il remette  le projet à quelqu’un d’autre », criera l’un des protestataires.

« Avons  employés tous les moyens de recours pacifique, pour trouver une solution à notre calvaire d’éternel locataire  qui ne voient rien venir, alors que nous avons versé notre quote-part et que nous avons un jugement en notre faveur, pour la terminaison du projet et rien de cela ne se fait. Nous réclamons à ce que  on lui hote  l’agrement tel que le recommande la justice et de remettre le projet à un  promoteur plus sérieux, qui terminerait le projet » lancera une femme du groupe de protestataires.

Il y a lieu de signaler, que les services de la  protection civile, comme leur dicte leur devoir, sont sur les lieux, pour intervenir en cas de danger.

En conclusion, il y a lieu de dire, qu’il s’agit là d’une  autre situation que vivent nos citoyens au quotidien et dont  les  souscripteurs déçus vivent en victimes, des  agissements  de certains  promoteurs, qu’à  découvert  la wilaya, qui  en songeant  à leurs intérêts  personnel,  causent du tort à des familles en souffrance