"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Sidi Bel-Abbès: Les habitants des lotissements de logements ruraux groupés ferment le siège de l'APC de Tabia

TABIA APC SIT IN

Au comble de l'exaspération à cause des promesses non tenues par les autorités locales, des  habitants  des constructions rurales  groupées de la commune de Tabia ont tenu, dimanche dernier, à exprimer tout leur ras-le-bol en observant un sit-in de quelques heures avant de procéder à la  fermeture du siège de l’APC. 

Par K.Benkhelouf 

 

Ces promesses, tient-on à souligner, font partie des grandes réflexions citoyennes engagées sur la quetion du « bien etre rural », et qui ont été faites en vue de contribuer  à l'amélioration du cadre de vie de l'habitat rural, à travers notamment le branchement au réseau du gaz, l’installation de l’électricité et autre commodités, tel que  recommandées par les pouvoirs public. Ainsi la transformation du cadre de vie des citoyens ruraux, tant attendue  et indispensable n’a pas eu de sens de concrétisation depuis 2013. Ce manque, fait partie des éléments  aidant  à résoudre toutes  questions  se rapportant aux  besoins  indispensable, dont doivent être doté le monde de la ruralité,  qui s’estime  très souvent défavorisée.

Ces citoyens très conscient  des efforts de l'Etat pour la garantie d'un habitat décent  pour tout ceux dont  l'engouement a été  suscité par cette formule qui garantit la sédentarisation, ne parviennent pas à comprendre que 07 ans après, ils attendent que l’électrification et le gaz, leur parviennent. Il va sans dire que la possession d'une maison, avec les commodités  essentielle, sont des moyens de rassurer les ruraux, qui depuis qu’ils sont  sur place, ne parlent plus d'exode rural car la crainte n'est plus là.mais il  désirent  se sentir comme tous les autres, autrement dit, intégré à la population de Tabia . Ils recherchent  du bien-être,  parlent d'épanouissement de leurs  enfants, d'équilibre et  goût familial. C’est pourquoi, ils lancent un appel  à Mr le wali, afin que leur préoccupations soient solutionnées et disent ne pas quitter les lieux tant qu’une suite ne leur sera pas accordée.

Cette volonté de voire  leur cadre de vie améliorée est  alimentée par  le raisonnement,  imprégnés du confort urbain,  qui redonne  un rôle salvateur à la vie rurale, à laquelle ils tiennent fermement,  avec les commodités principales, d’un  habitat à savoir  l’électricité et le gaz.