"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Célébration du printemps à Chlef : une tradition séculaire du patrimoine local

CHLEF- La célébration de l'avènement du printemps fait partie des traditions du patrimoine encore jalousement sauvegardée Célébration du printemps à Chlef : une tradition séculaire du patrimoine localpar les familles de la wilaya de Chlef, qui se font une joie, en pareille période de l’année, de se retrouver dans les bras de mère nature, en se réunissant autour d’un festin traditionnel fait exclusivement de produits de saison, notamment de plantes et végétaux.

 

C’est cette tradition séculaire sentant bon la nature et la joie de vivre en plein air, qui était l’apanage de nos ancêtres et que des associations culturelles locales tentent de faire revivre dans une démarche visant, outre la sauvegarde de coutumes séculaires, la préservation d’un certain art de vivre et de cuisiner sain, légué de mère en fille à Chlef.

Ainsi en est-il pour l’association "Ahlem pour les échanges culturels" qui participe à la célébration du mois du patrimoine, abrité par le musée public "Abdelmadjid Meziane", dont la présidente Kheira Berbari a souligné dans une déclaration à l’APS, que la promotion de cette tradition (célébration de l'avènement du printemps) fait partie des objectifs assignés à son association, visant, selon elle, "à perpétuer les us et coutumes garantes d’une meilleure communication intergénérationnelle".


Lire aussi: Ghardaïa : début du Maoussem de la tonte


Pour une immersion réelle dans le monde des ancêtres, l’association "Ahlem" a organisé un stand grandeur nature, mettant en scène la célébration de la venue du printemps à la manière des grands parents.

"Une manière certes modeste", selon l’expression de Mme Berbari, "mais oh combien significative, car reflétant tout une panoplie de traditions culturelles visant essentiellement la sauvegarde de la cellule familiale et sociale notamment".

Il s’agit, également, a-t-elle poursuivi, d’une tradition de partage autour de bons et sains plats de Couscous accompagnés de plantes de saison (printemps) et d’autres mets naturels présentés dans des plats en doum (sorte de palmier nain), ou en terre cuite, deux matières premières naturelles, reflétant la quête du "vivre sainement et en parfaite symbiose avec la nature de nos ancêtres".

                                                                                    L'avènement du printemps, une célébration encrée dans la société

                                                          

Ce tableau champêtre des ancêtres célébrant le printemps a été très apprécié par les visiteurs du mois du patrimoine à Chlef, dont notamment les jeunes, emportés pour un laps de temps loin des nouvelles technologies mondiales dites intelligentes.

Une mère au foyer, Amina, rencontrée sur place par l’APS, a assuré connaitre cette tradition qu’elle célébrait en famille dans le passé, même si c’était "d’une manière différente".

Elle a, par la même, souligné la contribution des festivités du mois du patrimoine dans la promotion de ce type de traditions culturelles sauvegardées jusqu’à nos jours par des familles chelfies, qui ont contribué ainsi à leur perpétuation, en vue de leur transmission aux jeunes générations.

Cette dame a, notamment, mis l’accent sur les différentes facettes culturelles et sociales de cette tradition, qui outre la préservation des liens familiaux, comporte, également, la perpétuation d’une cuisine traditionnelle saine dans des ustensiles artisanaux faits à base de matériaux amis de la nature.

Le PR Miloud Bouazdia, enseignant de sociologie et d’anthropologie à l’université Hassiba Ben Bouali de Chlef, a souligné pour sa part, la dimension sociale de cette célébration, en terme de sauvegarde des liens familiaux et de parenté et d’appartenance à une certaine entité sociale (kabila), outre son aspect culturel et traditionnel.

"La célébration de l'avènement du printemps est, également, le reflet du lien unissant l’homme à sa terre, car liée à l’agriculture et au lancement de la campagne des moissons", a-t-il ajouté, expliquant par là sa perpétuation jusqu’à nos jours.