"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Zones humides: découverte de nouvelles espèces d’oiseaux migrateurs à Tissemsilt

Zones humides: découverte de nouvelles espèces d’oiseaux migrateurs à Tissemsilt
TISSEMSILT - De nouvelles espèces d’oiseaux migrateurs ont été découvertes dernièrement dans la wilaya de Tissemsilt dans les deux zones humides des barrages de Bougara et de Meghila, a-t-on appris samedi du chargé de l’information à la conservation des forêts.

 

Mohamed Mairif a indiqué, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des zones humides, qu’une équipe de spécialistes relevant de la conservation a découvert, à la faveur du recensement hivernal des espèces d’oiseaux migrateurs (21 au 31 janvier en cours), trois nouvelles espèces dans la zone humide de Bougara que sont la poule sultane, le canard à tête blanche et le canard chipeau, outre deux autres au barrage de Meghila dans la commune de Layoune dont le canard pilet.

Ces oiseaux migrateurs provenant d’Europe sont apparus dans ces deux zones humides qui réunissent les conditions de vie pour de tels espèces ornithologiques.

Par ailleurs, l’équipe de spécialistes a recensé, lors de cette période, 1.222 oiseaux migrateurs au niveau des zones humides de la wilaya que sont les barrages de Bougara, Meghila, Koudiet Rosfa (Beni Chaib), Tamlaht (commune éponyme) Bouzegza (Lardjem) et les retenues collinaires de Melouline et Djarda (Layoune).


Lire aussi : Oiseaux migrateurs: importante présence du flamant rose au lac Télamine malgré la pollution


Cette équipe a relevé, dans son inventaire, une baisse sensible du nombre d'oiseaux migrateurs par rapport à la même période de l’année dernière où ont été recensés 3.062 oiseaux migrateurs, selon M. Mairif, qui a justifié cette baisse par le vacarme provoqué par des personnes vivant à proximité des zones humides et les intempéries enregistrées dans la wilaya en ce mois de janvier.

Le barrage de Bougara a été proposé en 2009 comme zone humide dans le cadre de la convention Ramsar. A noter que ce site est situé dans une zone steppique attirant chaque année une dizaine d’espèces d’oiseaux migrateurs et la présence d’autres espèces de plantes.