"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)
ALGER - Douze (12) casemates pour terroristes ont été découvertes et détruites vendredi dans la zone de Kaf Mokhtar, à Batna, par des éléments de l'Armée nationale populaire (ANP), alors qu'une bombe de confection artisanale a été découverte et détruite à Aïn Defla, indique samedi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).

Mostaganem : commémoration du 175e anniversaire des enfumades de Ouled Riyah à Nekmaria

https://www.artmajeur.com/medias/standard/s/a/samiramouats/artwork/10351804_12-les-enfumades-de-nekmaria.jpgMOSTAGANEM- La wilaya de Mostaganem a commémoré jeudi le 175è anniversaire des enfumades de la tribu de Ouled Riyah par l'armée coloniale française dans les grottes de Frachih, de la commune de Nekmaria, a-t-on appris de la directrice locale des Moudjahdine, Dalila Benmessaoud.

 

Les autorités civiles et militaires, des moudjahidine et des citoyens se sont recueillis à la mémoire des martyrs de ces actes barbares, qui ont causé la mort de plus d'un millier de personnes de la tribu de Ouled Riyah, entre les 18 et 20 juin 1845, a indiqué la responsable.

La cérémonie a été marquée par le dépôt d'une gerbe de fleurs suivie de la lecture de la Fatiha devant la fresque commémorant ce douloureux événement.

Une visite de la grotte du Frachih, où les membres de cette tribu avaient cherché refuge pour échapper aux exactions des 4.000 soldats français dirigée par le colonel Pellissier (1794-1864), a été organisée.


Lire aussi :  Les enfumades de la Dahra : le colonel Pelissier, un criminel de guerre ...


En raison de la crise sanitaire liée à la Covid-19, aucune activité historique ou éducative n'a été organisée cette année au profit des élèves et des adhérents des maisons de jeunes et des centres culturels de la wilaya, a relevé Mme Benmessaoud.

Trois enfumades ont été perpétrées par les forces coloniales françaises dans les monts de la Dahra (à l'est de Mostaganem et à l'ouest de Chlef), faisant des milliers de victimes parmi des tribus de Ouled Riyah, S'bih, Béni Zeroual et Béni Zentias en juin 1844 et en juin et août 1845, selon des sources historiques.

Mots clés :