"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /htdocs/templates/octobre_03_2017_3/functions.php on line 201

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/templates/octobre_03_2017_3/library/Designer/Content/SingleArticle.php on line 198

Sidi Bel-Abbès: Les travailleurs de la commune observent un sit-in de revendication... sur la terrasse de la mairie

APC sit inLe triste ballet des sit-in de protestation et de revendication s’accentue à travers la wilaya de Sidi Bel Abbès et prennent, de jour en jour, des formes nouvelles, souvent en équilibre précaire entre "le trivial et le tragique", pour reprendre la Corde raide d'Arthur koestler.

Par K.Benkhelouf 

Ainsi les employés communaux qui exercent  au temps de 5 heures jours, qui après leurs  nombreuses  interventions auprès de l’administration et après leurs nombreux sit-in pacifiques, se disent outrés et scandalisés par la sourde oreille  observée par les responsables de la commune, qui  affichent  au fur et à mesure un grand mépris et une éternelle indifférence devant, les plaintes de ces travailleurs, que l’on fait souffrir dans l’inquiétude, l’incertitude et le besoin.

Ces pères, ces mères, ces  jeunes, qui n’ont aucune ressource, à l’exception de la misère salaire  qu’ils perçoivent difficilement à chaque fin de mois, alors  qu’ils donnent plus qu’il n’en faut, dans  l’exercice de leur fonction et qui en contre partie, ne reçoivent rien de ceux chargée des ressources humaines, pour les tranquilliser. Ils cris leur amertume et s’apprêtent à s’engager dans l’irréparable, alors cela sera trop tard, pour  la conscience de ces responsable, qui obturent les solutions au litige depuis des années

Dans très peux de jours,  les algériens  fêteront l’aid El Adhaa et eux ne le pourrons pas comme chaque année. La rentrée scolaire est également proche et ils ne pourront ni assurer à leur enfants  des effets vestimentaires adéquat, ni acheter leurs  fournitures scolaires et personnes alors ne semble être conscient  de leur état de chose ou l’indigence l’ait a diminuée.

Aussi parce qu’ils  ne sont pas entendu dans leurs réclamations,  de part l’existence d’une surdité chronique, envers leur détresses, ni respectés dans leur condition de  travailleurs algérien, qui réclament d’être  régularisé, pour vivre dans plus de dignité, ils disent  ressentir dans l’attitude envers eux, ne pas avoir de valeur, c’est alors qu’ils décident porter haut leur appel,  en empruntant  les autres chemins de la  revendication, à savoir d’escalader sur le toit de la terrasse, de la commune, le temps que cela  voudra et au cas ou aucune  suite ne leur sera réservée, ils  entameront, les autres  moyens tel que la grève, la chute libre, l’immolation.

Ces travailleurs communaux, dénoncent, leur responsable et leur élus, d’être à l’origine, de  leur folie grandissante. Ils disent que la régularisation de leur situation, qui semble être difficile, parce que leur planification de  l’emploi  est  faussée en chemin, alors que  l’expérience et le remplacement dans des postes organigramme vide est  la solution. Comme,  ils ne comprennent pas, les milliards qui sont  engagés dans des projets, qui peuvent attendre, alors que nul ne songe, à leur  régularisation.