"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Deux films algériens primés au Festival d'Oujda

Deux films algériens primés au Festival d'OujdaOUJDA (Maroc) - Le long métrage de fiction "Reconnaissance" de Salim Hamdi et le court métrage ''Point zéro" de Nassim Boumaiza, ont été distingués au 8e Festival maghrébin du film d'Oujda qui a pris fin dans cette ville marocaine samedi, rapporte la presse locale.

 

En compétition dans la catégorie long métrage aux côtés de "La voix des anges" de Kamel Laïche, "Reconnaissance" a remporté le "Prix de la meilleure interprétation féminine" pour le rôle de Malika Belbey dans cette fiction qui participe à son premier festival.

Le jury de la catégorie "long métrage", présidé par le critique de cinéma algérien Ahmed Bedjaoui, a récompensé également le film "Cri de l'âme" du Marocain Abdelilah Jouahri, doublement distingué du Prix de la meilleure interprétation masculine et du jury.

Dans la catégorie "court métrage" qui a mis en compétition 12 films, le jury a distingué le film algérien ''Point zéro" de Nassim Boumaiza qui s'est adjugé le "Prix du meilleur scénario", alors que le prix de la meilleure interprétation masculine a été attribué au Marocain Hachem Besstaoui pour son rôle dans "Angoisse" de Ali Benjelloun.

''Point zéro" concourait avec "Synapse" de Noureddine Zerrouki et "Ainsi soit-il" de Youcef Mahsasse, qui ont représenté l'Algérie dans la compétition du court métrage de cette édition, ouverte le 11 juin dernier.

Six longs-métrages et douze courts-métrages étaient en compétition de l'édition 2019 de ce festival qui a rendu hommage à des figures du cinéma maghrébin dont le réalisateur Rachid Bouchareb et l'actrice tunisienne Fatma Ben Sidane.

Créé en 2010, le Festival maghrébin du film d’Oujda vise à promouvoir la production cinématographique de la région et de vitaliser le marché du film.