"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Syrie: les dernières positions de Daech pilonnées, fuite des familles des terroristes

Écrit par APS
Syrie: les dernières positions de Daech pilonnées, fuite des familles des terroristes
ALGER - La coalition des "Forces démocratiques syriennes" (FDS), soutenues par les raids aériens de la coalition internationale, tentaient jeudi de briser les dernières défenses des éléments du groupe terroriste autoproclamé "Etat islamique" (EI/Daech) dans la localité de Baghouz dans l'est de la Syrie poussant des familles des terroristes à fuir la région.

 

Selon les médias, des combattants kurdes et arabes des FDS pilonnent depuis dimanche le réduit de l'EI dans un des méandres du fleuve, poussant plusieurs milliers de terroristes à la reddition. Mais ces derniers opposent une forte résistance, se cachant sous terre pour éviter les bombardements et lançant des kamikazes pour stopper la progression des FDS.

Ces tactiques rendent l'avancée des FDS plus lente, a souligné jeudi un porte-parole des unités kurdes à Baghouz.


Lire aussi: Syrie : 3000 terroristes ont fait "reddition" aux Forces démocratiques


"Il y a une progression mais elle est lente et la zone est étroite", a expliqué Jiaker Amed, des Unités de protection du peuple (YPG), la milice kurde qui domine les FDS.

"Ceux qui sont restés à l'intérieur sont surtout des kamikazes, et cela entrave notre avancée", a-t-il ajouté, soulignant qu'"ils utilisent des tactiques d'opération souterraines", se cachant dans des tunnels et des tranchées.

"C'est pourquoi, les bombardements aériens n'obtiennent pas les résultats souhaités", a-t-il avancé, assurant que la bataille allait désormais se poursuivre "jour et nuit".

Depuis la reprise de l'assaut dimanche, les bombardements les plus violents ont été menés surtout la nuit, provoquant des incendies dans différents secteurs du campement.

Des milliers de membres de familles des terroristes et d'éléments de Daech quittent le dernier réduit"

Plusieurs milliers de membres de familles des terroristes ainsi que des éléments de Daech ont quitté le dernier réduit au cours des dernières semaines. Depuis lundi soir, 3.000 terroristes se sont en outre rendus, a affirmé le porte-parole des FDS Mustafa Bali.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) évalue, d'autre part, à 60.000 le nombre de personnes évacuées de l'ultime poche terroriste depuis décembre, dont un 10e de terroristes.

L'exode a provoqué une crise humanitaire dans les camps de déplacés tenus par les forces kurdes, où femmes et enfants arrivent exténués après plusieurs semaines de siège. Parmi eux figurent les épouses et enfants de combattants terroristes étrangers, dont des centaines sont détenus par les forces kurdes.


Lire aussi: Syrie: reprise des combats à Baghouz, situation sanitaire et humanitaire préoccupante


L'ONG Save the Children a fait état jeudi de plus de 3.500 enfants étrangers originaires d'une trentaine de pays qui vivraient dans les camps de déplacés du nord-est de la Syrie. Plus de 2.000 ont moins de 5 ans, selon l'ONG.

D'après l'ONG Comité international de secours (IRC), 120 personnes --principalement des enfants en bas âge-- sont mortes en route ou peu après leur arrivée au camp d'Al-Hol, où la majorité des familles de terroristes ont été transférées.

Ces développements en Syrie interviennent alors que la 3e Conférence sur l'avenir de la Syrie et de la région se poursuit à Bruxelles avec l'objectif de mobiliser près de neuf milliards de dollars pour aider les réfugiés syriens.

Les Nations unies ont chiffré à 5,5 milliards de dollars (4,4 mlds d'euros) les besoins financiers pour venir en aide aux quelque 5,6 millions de Syriens réfugiés hors de leur pays, en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Irak et en Egypte.

L'ONU appelle à un soutien aux populations vulnérables et aux réfugiés syriens

Dans ce contexte, plusieurs hauts responsables de l'ONU ont appelé à un appui durable et massif aux populations vulnérables, aux réfugiés syriens et aux communautés qui les accueillent.

"Sans une injection immédiate et substantielle de fonds, la fourniture de nourriture, d'eau, de soins de santé, d'abris et de services de protection sera probablement interrompue", a mis en garde Mark Lowcock, le chef du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA).

"Il est vital que la communauté internationale reste aux côtés de chaque femme, homme, fille et garçon de Syrie qui a besoin de notre aide pour répondre aux exigences fondamentales d'une vie digne. Si les bailleurs de fonds fournissent le financement, nous pouvons mettre en œuvre les plans pour y parvenir", a-t-il souligné.


Lire aussi: Syrie: l'étau se resserre autour des terroristes, mobilisation pour le retour des déplacés


Le conflit en Syrie est à l'origine de la plus grande crise des réfugiés dans le monde. Plus de 5,6 millions de Syriens sont réfugiés à l'extérieur de leur pays et dans les pays voisins, jusqu'à 3,9 millions de membres des communautés d'accueil sont touchées par cette crise.

Alors que la crise dans ce pays entre dans sa 9e année, les besoins humanitaires restent à des niveaux record. 11,7 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection. Quelque 6,2 millions de personnes sont déplacées à l'intérieur du pays et plus de deux millions de garçons et de filles ne sont pas scolarisés.

L'ONU estime que 83% des Syriens vivent en dessous du seuil de la pauvreté. La population est de plus en plus vulnérable en raison de la perte ou du manque de moyens de subsistance durables.