"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Les services de sécurité à l’affût pour contrecarrer tout risque menaçant l'action pacifique du Hirak

Les services de sécurité à l’affût pour contrecarrer tout risque menaçant l'action pacifique du Hirak BLIDA - Les services de sécurité sont à pied d'oeuvre pour parer tout risque menaçant l'action pacifique du Hirak (mouvement populaire), a affirmé samedi à Blida le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Salah-Eddine Dahmoune.

 

"Les marches pacifiques ont fait l’objet de menaces gravissimes qui ont été déjouées par les services de sécurité", a indiqué le ministre dans une déclaration à la presse, en marge de l’inauguration d’un nombre de structures sécuritaires, en compagnie du Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelkader Kara Bouhadba.

Ces menaces "seront dévoilées ultérieurement par le Directeur général de la Sûreté nationale", a-t-il dit, non sans louer les efforts colossaux consentis par les services sécuritaires dans la préservation de l'action pacifique du Hirak.

Le ministre a expliqué, à ce propos, que le non dévoilement de ces faits graves est justifié par la crainte d’être "accusé de vouloir alarmer les citoyens", soulignant, néanmoins, que le récapitulatif de ces dépassements "sera rendu public ultérieurement" (sans fixer une date pour ce faire).

"Viendra le jour où toute la vérité sera dévoilée", a-t-il soutenu.

Quant au DGSN, il a mis l'accent sur les efforts colossaux consentis par les services de sécurité pour préserver la paix et la sécurité des citoyens et de leurs biens, lesquels services "font face, nuit et jour, au crime sous toutes ses formes", a-t-il observé.

Abdelkader Kara Bouhadba a, en outre, lancé un appel aux citoyens en vue d’accompagner les corps sécuritaires pour leur  faciliter le travail.

A noter que les marches, hier vendredi à Alger, sont déroulées globalement dans le calme, à l'exception de quelques incidents enregistrés entre des manifestants et les forces de l'ordre. Selon une source sécuritaire, une dizaine de personnes a été interpellée puis transférée à la Sûreté urbaine d'Alger pour vérification d'identité avant d'être relâchée, alors que d'autres individus qui se sont rendus coupables de port d'armes blanches, ont été arrêtés et seront présentés devant la justice.