"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Norvège: conférence sur "la décolonisation du Sahara occidental"

Norvège: conférence sur "la décolonisation du Sahara occidental"Iles Svalbard (Norvège) - Le processus de décolonisation du Sahara occidental, était au centre d'une conférence tenue sur l'île norvégienne de Svalbard, où la militante sahraouie, Elassriya Mohamed, a abordé les causes du conflit et le processus de règlement sous l'égide des Nations Unies afin de parvenir à une solution politique juste et permanente à même de garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination.
Au cours de cette conférence, sur la "décolonisation au Sahara occidental", tenue au profit des mouvements de jeunesse de certains partis et établissements d'enseignement des îles norvégiennes de Svalbard, dans l'extrême nord de l'Europe, la militante sahraouie est revenue dans son exposé sur "la lutte du peuple sahraoui contre toutes les puissances coloniales" de son territoire.

La militante a également évoqué le processus de règlement du conflit au Sahara occidental par les Nations Unies afin de parvenir à une solution finale garantissant au peuple sahraoui le droit à l'autodétermination et à choisir son avenir de manière démocratique et équitable.


Lire aussi: Dernière résolution sur la Minurso: "décevante et en deçà du niveau escompté"


Elle a souligné à cet égard "les souffrances causées par l'occupation marocaine du Sahara occidental et l'incapacité de la communauté internationale à remplir ses obligations de décolonisation et de permettre à notre peuple, comme à tous les peuples, de jouir du droit à la liberté et à l'indépendance et de vivre en paix sur son territoire".

S'agissant de la situation des droits de l'Homme, la conférence a examiné "les graves violations des droits de l'Homme commises par les forces marocaines dans les territoires occupés du Sahara occidental en présence de la MINURSO, la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO), et la répression systématique et généralisée et les exécutions extrajudiciaires contre tous les Sahraouis, particulièrement les défenseurs des droits de l'Homme, les journalistes et les étudiants".

Elle a également évoqué les "conditions difficiles" des réfugiés dans les camps, vu le manque d'assistance de la part de l'ONU, et le nombre croissant de réfugiés au fil du temps. Elle a également regretté "l'absence d'horizon et d'opportunités d'emploi pour les jeunes, en particulier les étudiants qui sont retournés dans les camps après avoir terminé leur carrière universitaire dans des universités et des instituts supérieurs à l'étranger".

Mots clés :