"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Plus de 100 artistes français dénoncent l'Eurovision 2019 en Israël

Plus de 100 artistes français dénoncent l'Eurovision 2019 en IsraëlPARIS - Plus de 100 artistes français ont dénoncé dans une pétition l'organisation de l'Eurovision 2019 en Israël sur les ruines d'un village palestinien de Sheikh Muwannis, affirmant qu'ils n'iront pas en Israël "blanchir le système de discriminations légales et d’exclusion qui y sévit contre les Palestiniens".

 

Les signataires de la pétition, dont des musiciens, des réalisateurs, des comédiens, écrivains et plasticiens, appellent France Télévisions et la délégation française à "ne pas servir de caution au régime israélien".

Le groupe public France Télévisions va diffuser du 14 au 18 mai le Concours Eurovision 2019 qui se tiendra à Sheikh Muwannis, un des centaines de villages palestiniens vidés de leurs habitants et détruits en 1948, lors de la création de l'Etat d'Israël.

Pour ces artistes, France Télévisions cherche "à nous divertir des violations des droits humains à l’égard des Palestinien·ne·s", soulignant que la discrimination et l'exclusion sont "profondément ancrées" en Israël, où notamment, rappellent-ils, la loi "Israël, Etat-nation du peuple juif" a été adoptée le 19 juillet 2018, proclamant que seuls les Juifs ont le "droit à l'autodétermination nationale", entérinant ainsi officiellement l'apartheid.

"Le sens de l’histoire, de l’inclusivité et de la solidarité est plutôt du côté des nombreuses manifestations en Palestine et dans toute l'Europe, appelant artistes et diffuseurs à ne pas se rendre en Israël. Par cette tribune, nous tenons également à participer à ce mouvement, pour manifester notre soutien aux artistes palestinien.ne.s, dans la guerre que leur mène Israël", ont-ils écrit, rappelant qu'en mars et avril 2018, des tireurs israéliens ont ciblé et tué des journalistes qui filmaient les manifestations pacifiques à Ghaza.

"Des artistes palestinien·ne·s, actrices, acteurs et musicien·ne·s se voient régulièrement empêchés de voyager par les autorités d'occupation israéliennes, ou comme dans le cas de la poétesse engagée Dareen Tatour, emprisonné·e·s pour +incitation au terrorisme+", ont-il ajouté.

Le collectif d'artistes français considèrent qu'Israël est un Etat "qui considère officiellement la culture comme un instrument de propagande politique".

"Nous, artistes et travailleur·se·s culturels français qui signons cet appel, n’irons pas à Tel Aviv blanchir le système de discriminations légales et d’exclusion qui y sévit contre les Palestiniens, et nous appelons France Télévisions et la délégation française à ne pas servir de caution au régime qui envoie ses snipers tirer tous les vendredi contre les enfants désarmés de la marche du retour à Ghaza", ont-ils affirmé, soulignant qu'un divertissement qui se respecte "ne se joue pas en terre d’Apartheid".