"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

La demande du peuple, les tergiversations du pouvoir et la nouvelle République

Algrie drapeau

Après 20 ans de pouvoir teinté de dictature et de prédateurs encouragés et écoutés en connivence avec les décideurs, le premier responsable du pays déclare n’être pas intéressé par un 5ème mandat alors qu’il y a dépôt de sa candidature au niveau du conseil constitutionnel. Allez comprendre et faire confiance au sommet de l’Etat !

Par B. Makhlouf

 

En 20 ans de règne le système n’a pas voulu réformer le pays ni agir sur les leviers permettant un développement socio-économique alors qu’il est à l’origine de la naissance d’une oligarchie prédatrice à laquelle aucun bilan n’est demandé. Les réalisations dont se ventent les inféodés au pouvoir, car ils reçoivent des miettes, ne sont en fait qu’une dépense excessive sans que la qualité ne soit assurée. Pour preuve, une autoroute totalement délabrée et recousue avec un coût des plus élevé au monde au kilomètre. Des logements cantonnés dans des cités-dortoirs dont la durée de vie est réduite par les malfaçons ; des subventions à l’agriculture alors que la dépendance alimentaire dépasse les 65% ; des terres accaparées par une oligarchie etc…

Le peuple ne croit plus aux partis qui ont dirigé le pays en usant de fraude et de stratagèmes pour se maintenir au pouvoir. Le peuple ne croit plus aux faux députés dont l’élection est discutable puisque c’est l’administration inféodée au pouvoir qui distribue les sièges. Le peuple ne croit plus à l’opposition qui a consolidé le pouvoir en place depuis 20 ans puisqu’elle a validé indirectement les élections en y participant.

Le peuple restera mobilisé et les « mesurettes » annoncées ne sont que de la poudre aux yeux puisque le système n’est pas totalement remis en cause, puisque les prédateurs ne sont pas désignés, les usurpateurs de sièges d’élus ne sont pas condamnés, les richesses mal acquises ne sont pas restituées, les fossoyeurs ne sont pas poursuivis, les magistrats véreux ne sont auditionnés et punis, les responsables à l’origine de la situation catastrophique socio-économique ne sont pas désignés et poursuivis.

Il est impossible de faire du jeune avec du vieux et avec les mêmes partis et on recommence comme une partie de ramier. Non : le peuple attend à ce que tout ce monde dégage, le peuple ne veut pas des gens qui quittent le navire car il coule et la bouée leur est jetée pour s’arrimer encore au navire.

Le peuple s’est imposé dans toutes ses franges et il a rejeté les partis et les organisations opportunistes qui ont géré le pays et ceux qui les ont consolidés par leur présence dans les différentes institutions électives ; il est tard pour accepter leur démission.

La parade politico-oligarque n’arrivera pas à convaincre le peuple qui continue son soulèvement car il est impossible de créer une nouvelle république avec une tare de 20 ans d’échec.

Vendez-moi du rêve avant que je ne crève sans avoir connu une Algérie libérée et démocratique au sens classique du terme.