"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Coupole de SBA: Trop peu d'exposants au salon national du miel

Écrit par K. Benkhelouf

Cette année encore la capitale de la Mekerra abrite son traditionnel 'Salon national du miel' . Il a établi ses quartiers au niveau de la Coupole de Sidi-Bel-Abbès, et ce, pour une quinzaine de jours,  pour le bon plaisir des amateurs des précieux produits de la ruche.

Par K. Benkhelouf

De par l’appellation nationale de cette rencontre d’apiculteurs, l’on  s’attendait à retrouver un nombre important d’exposants. Cependant, il  est permis de constate, seul 16 exposants dont la moitié sont de Sidi-Bel-Abbès et les autres, partagé entres les  wilayas de l’ouest (  Oran, Mascara, Mostaganem) et les autres du centre du pays à savoir (Birtouta, Tipasa et Alger). Une organisation qui semble presque inexplicable et que personne parmi les présents ne l’attribuent à la nette baisse de la production de miel cette année. Et pourtant la production du miel de l’avis de certain apiculteur, a été favorable ces dernières années, à quelques  exceptions près.

Alors que l’on s’attend en cette occasion, à une diminution dans le prix, il apparait sur les étals des exposants, le produit, reste toujours cher, et presque inabordable,  alors que beaucoup de personnes le sollicitent pour les multiples besoins diététiques. Questionné au sujet de ces prix exorbitants, un exposant nous a dit que cette année, la récolte n’a pas été fructueuse à cause des aléas climatiques, ce qui explique également l’absence de certaines variétés de miel d’habitude disponibles. Alors, c’est entre 3 500 DA et 4 500 DA,  que ce produit miraculeux et béni est écoulé. Très souvent, les demandeurs réclament des substituts (produits des ruches comme la gelée royale, le pollen, le propolis...). Force est d’avouer qu’à Salon du miel, l’on ne se bouscule pas beaucoup. Vendu dans de petit flacon, il revient plus cher, que de l’avoir dans de grands bocaux (de 500 g à 1 kg). Les petites bourses, se contentent seulement de regarder les étalages et passer, parce qu’il  reste hors de leur possibilité d’achat.