"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Les chefs de postes consulaires en France appelés à entretenir une relation "très forte" avec la communauté algérienne

Écrit par APS

Les chefs de postes consulaires en France appelés à entretenir une  relation "très forte" avec la communauté algérienne

PARIS- Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a appelé mardi à Paris les chefs de postes consulaires en France à entretenir avec les membres de la communauté algérienne une relation "très forte", les exhortant à rester à leur écoute.

 "Il faut aller vers la communauté, rester à l'écoute et entretenir cette relation très forte", a-t-il déclaré lors d'une réunion avec les consuls généraux et consuls d'Algérie en France, en présence de l'ambassadeur Abdelkader Mesdoua.

Il a indiqué qu'avec l'introduction des nouvelles technologies dans la gestion quotidienne des affaires consulaires, opération à travers laquelle "nous avons gagné en efficacité", a-t-il dit, les chefs de postes consulaires sont appelés à être "plus visibles" vis-à-vis des citoyens algériens résidant en France.

"J'insiste beaucoup sur la relation avec les membres de la communauté en termes d'accueil et de proximité.

 Il faut qu'ils sentent que l'Etat algérien est présent, notamment avec la montée de l'extrême droite un peu partout dans le monde", a-t-il soutenu.

Le ministre des Affaires étrangères a fait constater que parmi les membres de la communauté nationale, "il y a des personnes qui veulent donner à leur pays, notamment la communauté universitaire qui dispose d'une grande disponibilité et dont il faut rester à l'écoute".


Lire aussi: Lancement à Paris d'un cercle de réflexion pour la diaspora algérienne de France


A cet effet, il a rappelé la place "centrale" qu’accorde le gouvernement à la communauté nationale à l’étranger, citant pour preuve les décisions du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en faveur des Algériens vivant à l'étranger.

Par ailleurs, il a informé les chefs de postes consulaires de la teneur de sa rencontre avec son homologue français, Jean-Yves Le Drian, réitérant la position de l'Algérie sur la question de la mobilité des personnes.

"Il faut mettre la mobilité des personnes au coeur de la coopération bilatérale" entre l'Algérie et la France, a-t-il soutenu, peu avant d'engager un débat avec les consuls généraux et consuls et écouter leurs doléances.

Pour sa part, l'ambassadeur a fait état des différentes activités allant dans le sens du travail de proximité en direction des membres de la communauté, en mettant en place notamment le Cercle Saint-Augustin, un cadre d'échange, de partage et de réflexion, qui a déjà réuni les universitaires et les startups.